Noël cette année

Paris (75), France 🇫🇷

Dans quelques jours je vais animer une retraite pour Noël. Nous serons environ 24 et ça se passera dans un petit centre au Mans, tout près d’Allonnes où je passe beaucoup de temps en ce moment. Ce n’est pas moi qui l’ai organisé. Donc, à part les interviews pour vérifier que chacun a bien choisi l’endroit adéquat pour passer les fêtes je n’ai rien eu à faire. 🤸‍♀️

Dans la culture juive dont je suis issu, Noël n’existe pas. Dans le judaïsme, une autre fête de lumière tombe à peu près en même temps, Hanoucca. Je célébrais des bribes de Noël quand j’étais à l’école primaire laïc. Mais à la maison, rien. Sauf une année où je me souviens que ma mère avait juste acheté un arbre de Noël pliant argenté de 30 centimètres. Nous ne fêtions pas Hanoucca non plus, mais bizarrement Saint Nicolas était fidèlement présent chaque année entre le 17 ou 18 novembre et le 6 décembre. Pourtant, c’était aussi une célébration chrétienne. ⛪️

Si je me souviens bien, c’est dans l’armée et avec mes compagnes non-juives que je commençais à célébrer Noël. Ça ressemblait d’une certaine manière à Sint Nicolas. J’ai toujours aimé l’ambiance familiale festive avec Saint Nicolas à Amsterdam. La tradition était de faire un cadeau “surprise” et de faire croire qu’il y avait autre chose dans l’emballage ou que le cadeau était caché ailleurs quelque part et il fallait suivre des indices comme une chasse au trésor. Ça prenait toute la soirée, car chacun ouvrait ses paquets l’un après l’autre et lisait le poème écrit pour lui. Je me souviens des rires sans fin… J’ai fidèlement appliqué à Noël l’aspect que j’aimais le plus à Saint Nicolas et je joignais fidèlement pour ma compagne un poème à mon cadeau et si je pouvais je lui faisais même un paquet surprise. Personne n’a jamais vraiment compris pourquoi… 🇳🇱

Avec le temps, les fêtes de Noël se sont réduites à des rassemblements familiaux que je trouvais assez contraignants. D’un côte, il y avait une course de déballage des cadeaux ultra-rapide où je voyais les enfants jamais vraiment contents. Ça ne semblait jamais assez. De l’autre côté il y avait une espèce de marathon contre la montre autour de la nourriture et les repas, puis les mêmes tensions que cela faisait remonter année après année entre les différents membres de la famille. 🍤🥘🍣

Heureusement que la compagne avec qui j’ai passé un tiers de ma vie, avait un sens du sacré très développé. Quand c’était possible nous simplifiions le rituel pour nous deux. Nous mangions des bonnes choses, certes, mais elle cherchait systématiquement de redonner un coup de fouet spirituel à l’événement. Ainsi nous prenions parfois la direction de la messe de minuit où nous allions carrément le lendemain tôt au monastère à Eygalières. 🙏🏼 

Pour moi, cette fête n’a plus aucun goût sacré depuis plusieurs d’années. Au fil du temps j’ai compris que le personnage du père Noël avait été inspiré de Saint Nicolas, que ses couleurs rouge et blanc venaient de Coca-cola et je me demandais pendant longtemps si la fête avait finalement été créée pour la venue du père Noël ou pour la naissance de Jésus. Je trouvais confus tout ça, surtout quand plus tard encore j’ai compris que Jésus n’était vraiment pas né le 25 décembre et mieux encore, qu’il semble être né 5 à 7 ans avant son ère ! 😉            

Bien avant l’époque romaine et l’apparition du christianisme, le solstice d’hiver (entre le 20 et le 22 décembre) était déjà une période charnière de l’année. Après cette date, les jours rallongent. En Europe, on fêtait ainsi le retour de la lumière, du soleil et la renaissance de la nature. Ce n’est qu’à partir du IIe siècle après JC que l’Eglise recherche le jour précis de la naissance de Jésus. La date du 25 décembre semble avoir été fixée vers l’année 300 par Rome, afin de christianiser les rites issus de la culture populaire. L’objectif semble avoir été de convertir plus facilement les populations au christianisme en se basant sur les traditions profanes. 💓

Bien évidemment tout ce que j’avance ici n’engage que moi. Mais, j’en déduis tout simplement que l’intention cachée de l’église derrière la création de Noël était certainement la même que de rendre la sexualité taboue, de soumettre les femmes ou encore de créer une version masculine de la divinité… C’est-à-dire, anéantir notre culte ancestral, de rompre notre lien originel avec la source et de remplacer notre héritage par une histoire qui est tellement controversée qu’elle n’a ni queue ni tête et aucun sens véridique. 🤷‍♂️  

Au fond, je m’en fous royalement de ce qui a pu se passer. Les détails n’ont aucune importance. Ce qui m’intéresse est de trouver le moyen de ré-instaurer la notion sacrée autour de cette date charnière qu’est le solstice d’hiver. Refaire circuler les énergies, aider les femmes à retrouver leur puissance véritable et dé-tabouiser sa source, remettre les priorités à leur juste place en sortant de la course superficielle à l’argent et au pouvoir… et bien évidemment mettre l’essence-ciel en premier. 😇

C’est moi qui anime la retraite. Et je ne sais pas encore ce que je vais proposer. Pour être cohérent à l’Amour, il me semble logique et indispensable que je sois entièrement dans l’instant présent et sans peur. Ça ne laisse pas la place à une préparation de scénario quelconque. Mon intention est de créer de l’Alchimie… des circonstances aussi favorables que possible permettant à chacun, avec le soutien du groupe, de se transformer un peu plus du plomb vers l’or, c’est-à-dire, se re-lier davantage à son identité profonde, à sa divinité. 😅

Chaque participant à répondu favorablement à 4 questions assez engageantes afin d’éviter toute forme de “sabotage” conscient ou inconscient. Il n’y a qu’une seule règle… chacun reste dans son territoire ! Bien évidemment, personne n’est parfait et nous avons tous droit à l’erreur, encore et encore. Toutefois, j’interviendrai tout de suite, car de mon point de vue, pour arriver à ce connecter à l’essence-ciel, il faut habiter pleinement ses propres racines. 🙃

Bon, c’est un sacré défi… et un défi sacré. Le fait que cette retraite n’était pas mon idée, que ce n’est pas moi non plus qui l’ai organisée, qu’un lieu adéquat a été trouvé rapidement et que la retraite s’est remplie quasiment toute seul, me fait croire que tout est “juste” et que la magie opérera ! En tout cas, je m’y prépare. 🧙‍♂️

Je vous souhaite une journée magique ❤️ 

7 réponses

  1. Alain

    Je partage ta vision de Noël; tout n’est plus que « fake ».
    Je vais descendre dans le Sud histoire de passer Noël avec ma mère, et faire bonne figure face au reste de la famille avec qui je ne partage plus rien.
    Les « religions du Livre » comme on les appelle ont recouvert notre savoir ancestral d’une épaisse couche d’obscurantisme et ont fait de nous des ignares.
    Avant, notamment dans les écrits grecs anciens, beaucoup de choses étaient expliquées, comme par exemple l’évolution de l’âme vie après vie. Chose que l’on ne retrouve plus aujourd’hui que dans les religions de l’Inde.
    Notre culture spirituelle s’est considérablement appauvrie; c’en est effrayant.
    Je rêve parfois d’une sorte d’Académie (à la Harry Potter) où l’on pourrait réapprendre notre culture ancestrale.
    Se souvenir de qui nous sommes fondamentalement et le redevenir pleinement.

    Aimé par 2 people

  2. Ca me fait chaud au coeur de partager la préparation de Noël en lisant ton message et les commentaires.

    Je vais passer Noël en famille, avec mes parents, ma soeur, mes enfants, leurs cousins et mes cousines avec lesquelles nous passons Noël régulièrement ensembles depuis … 40ans.

    Pour moi c’est un temps de rangement et de nettoyage. Cette année, je revisionne les vieilles cassettes vidéo dont j’extrais des passages pour faire un montage que je partagerai avec la famille.

    Avant que je démarre le Tantra, il y a seulement 5 ans, c’était encore une période d’espoir que les relations, notamment avec mes parents, puissent évoluer. Aujourd’hui, déchargé de pas mal de poids du passé, j’éprouve une forme de paix joyeuse et festive, barbare même lorsqu’il s’agit de préparer la terrine de sanglier avec un cuissot encore enrobé des poils de la bête !

    Et pour moi, il y a un côté sacré à honorer l’animal sauvage en passant du temps à le dépecer, le découper en fines tranches et l’agencer dans un plat, avant de le cuire et finalement de le manger lors d’une forme de cérémonie.

    En même temps, je comprends complètement que cela puisse dégouter (moi-même quand je le fais, je ne trouve pas ça très … ragoutant). Simplement je me sens connecté à mon animal sauvage. Noël évoque pour moi une fête païenne et j’aime bien l’hypothèse que l’on a crée artificiellement une fête religieuse sur quelque chose qui était bien plus important : l’entrée dans la période de renouveau de la lumière !

    Bonne fêtes à tous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s